ActualitésPolitique

GAMBIE : DÉBUT DES INSCRIPTIONS POUR LA PRÉSIDENTIELLE DE DÉCEMBRE 2021

En prélude à la présidentielle de décembre prochain en Gambie, l’organe chargé du vote a décidé de réformer entièrement le fichier électoral national. Initialement prévues en janvier dernier, les inscriptions sur les inscriptions électorales ont finalement démarré, en ce début juin et ce, jusqu’en fin juillet.

Parallèlement à cette opération, une nouvelle carte d’électeur biométrique est délivrée à chaque citoyen, aussitôt inscrit. Pour ce faire, d’importants moyens humains et matériels ont été mobilisés par la Commission électorale indépendante qui vise à inscrire au moins un million d’électeurs sur les nouvelles listes électorales.

10 minutes. C’est tout ce qu’il a fallu à Ndèye Marieme Diop, teint noir, corpulente, pour non seulement s’inscrire mais aussi recevoir le précieux document, sa carte d’électeur biométrique dans un centre d’enrôlement situé dans la cour de la moquée de Pipeline. Elle brandit fièrement le sésame qui lui permettra d’accomplir son devoir civique en décembre prochain. « C’est une véritable prouesse, exulte-telle. Je m’attendais à une longue attente mais tout se passe de façon assez fluide et simplifiée. Je me suis inscrite et j’ai en même temps reçu ma carte d’électeur qui me permettra de voter à la présidentielle. »

Accompagné de sa femme, ce jeune gambien, bébé blotti sur sa poitrine, lui, vient juste d’arriver. Ce moment, il en a longtemps rêvé. « Le vote est d’un devoir civique. Chaque voix compte en démocratie, pense le jeune qui a requis l’anonymat. Il faut que la jeunesse accepte de se faire enrôler et prendre en main son destin. Je salue l’innovation de l’organe électoral qui a mis en place dans chaque quartier un centre d’inscription. »

Il existe un vrai engouement pour se faire enrôler, remarque Codou Carlos de la Commission électorale, chargée de superviser les opérations d’inscriptions. « Nous avons remarqué qu’il y a plus de jeunes qui viennent pour s’inscrire, suivent ensuite les personne de troisième âge. Les adultes, la plupart quand ils viennent ils ont un problème de documents. »

Pourtant, les procédures ont été allégées, note la quinquagénaire. « Trois documents sont requis pour s’inscrire : soit le passeport, soit la carte d’identité ou l’extrait de naissance. Mais tous les documents doivent être authentiques, valides et nous ne prenons pas de photocopie. »

La Commission électoral envisage d’inscrire au moins un million de personnes.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page